Storyline 360 : Comment Création un cours accessible

Dernière mise à jour de l’article le

Cet article s'applique à :

Vous avez besoin un module e-learning en ligne accessible à tous les apprenants, mais vous ne savez pas par où commencer ? Vous êtes au bon endroit. Dans cet article, vous trouverez des moyens spécifiques pour aider les apprenants à interagir aussi pleinement que possible avec votre module Storyline 360.

Personnaliser l'expérience de l'apprenant

Faites savoir aux apprenants ayant une déficience qu'ils font partie intégrante de votre audience dès le début. Donnez des instructions d'accessibilité au début de votre module afin qu'ils soient immédiatement à l'aise avec sa disposition et sa conception.

Par exemple, si vous utilisez un raccourci clavier cohérent tout au long du module qui passe à la diapositive suivante afin que les apprenants n'aient pas à utiliser une souris, faites-le savoir dès le début.

Voici une autre idée : songez à demander aux apprenants s'ils ont besoin de solutions de rechange pour certains contenus en raison de troubles visuels, auditifs ou de mobilité. Ensuite, stockez leur réponse dans une variable et utilisez-la pour les brancher à des diapositives adaptées à leurs besoins.

Par exemple, si un apprenant s'identifie comme ayant une déficience visuelle au début d'un module, vous pouvez automatiquement afficher des descriptions textuelles détaillées des vidéos à lire par un lecteur d'écran.

Création pour les déficiences auditives

Ajouter des sous-titres

Importez des sous-titres codés ou créez les à partir de zéro avec l'éditeur intégré de Storyline. C'est facile à faire et produit de gros dividendes.

Le sous-titrage codé n'est pas seulement destiné aux apprenants malentendants. Si votre module est une langue seconde pour les apprenants, les légendes peuvent les aider à bien comprendre le contenu. Et les apprenants dans un environnement bruyant apprécieront aussi les légendes.

Fournir une transcription

Envisagez d'ajouter une transcription via le panneau des notes du lecteur pour chaque diapositive ou comme pièce jointe téléchargeable pour l'ensemble du module.

Assurez-vous d'inclure dans la transcription écrite des détails importants qui ont été transmis visuellement sous forme d'images et de vidéos afin que les apprenants aient toute l'information dont ils ont besoin.

Ne pas utiliser les tests chronométrés

Donnez aux apprenants le temps dont ils ont besoin pour utiliser les solutions de rechange accessibles que vous leur avez ajoutées. Dans la mesure du possible, évitez d'utiliser des minuteurs de quiz.

Création pour les déficiences de mobilité

Fournir des alternatives pour les interactions par glisser-déposer

Les interactions par glisser-déposer nécessitent une souris pour la navigation, ce qui les rend difficiles ou impossibles à utiliser pour les apprenants à mobilité réduite. Si vous les ajoutez à votre module, offrez des alternatives basées sur le texte ou sur le clavier. Par exemple, vous pouvez utiliser un autre type d'activité interactive accessible au clavier, comme une question correspondante ou une activité interactive de curseur. Vous pouvez également donner aux apprenants une description textuelle détaillée des informations dont ils ont besoin lors de l'activité interactive.

Ne comptez pas uniquement sur les états Survol ants pour afficher des informations importantes

Bien que les états de survol (c'est-à-dire les effets de survol nécessitant une souris) soient parfaits pour transmettre l'interactivité, ne comptez pas sur eux pour afficher des informations importantes. Si vous utilisez les états de survol pour afficher du texte ou des images, pensez à fournir une alternative accessible au clavier.

Par exemple, il est bon de changer la couleur d'un bouton lorsqu'une souris survole pour indiquer qu'il s'agit d'un objet cliquable, mais vous ne voudriez pas afficher le texte des retour dans l'état du survol sans fournir une autre façon d'accéder aux informations. Une alternative pour cet exemple serait un raccourci clavier qui lit une version audio des retour pour ceux qui n'utilisent pas la souris.

Ne pas utiliser les tests chronométrés

Donnez aux apprenants le temps dont ils ont besoin pour utiliser les solutions de rechange accessibles que vous leur avez ajoutées. Dans la mesure du possible, évitez d'utiliser des minuteurs de quiz.

Création pour les déficiences visuelles

Les déficiences visuelles couvrent un large spectre, y compris la faible vision, la cécité des couleurs et la cécité totale. Il pourrait également inclure les apprenants qui ont de la difficulté à lire du texte à l'écran en raison de difficultés d'apprentissage ou parce que la langue du module est une langue seconde pour eux.

Heureusement, il existe plusieurs façons de rendre votre module accessible aux apprenants ayant une déficience visuelle, comme décrit ci-dessous.

Les apprenants ayant une déficience visuelle utilisent souvent des lecteurs d'écran pour modules e-learning en ligne. Il est donc important de noter que Storyline 360 prend en charge les lecteurs d'écran JAWS, NVDA, VoiceOver et TalkBack avec nos navigateurs pris en charge.

Ajouter du texte alternatif pour les lecteurs d'écran

Le texte alternatif (texte alternatif) est essentiel pour les apprenants ayant des lecteurs d'écran, et la bonne nouvelle est qu'il est facile d'ajouter dans Storyline 360. Consultez ce guide de l'utilisateur pour plus de détails.

Il suffit d'ajouter du texte alt aux objets de diapositive qui transmettent un sens ou un contexte à l'apprenant. Par exemple, vous ne pouvez pas ajouter de texte alt à une personne pointant vers une puce, car le point à puce lui-même transmet la signification, mais vous ajouteriez du texte alt à une personne faisant partie d'un scénario interactif.

Voici quelques conseils pour écrire un bon texte (extrait de la page 8 de notre e-book sur l'accessibilité) :

  • Transmettre le même contenu et les mêmes informations que l'objet ou l'image.
  • Soyez concis sans lésiner sur les informations pertinentes.
  • Transmettre uniquement les informations qui ne sont pas déjà saisies dans d'autres textes à l'écran.
  • Évitez les expressions « image de » et « graphique de » et donnez simplement l'information dont l'apprenant a besoin.
  • Évitez les abréviations et les ponctuations excessives. N'utilisez pas de ponctuation telle que ***, que les lecteurs d'écran liront gênamment comme « astérisque, astérisque, astérisque ».

Personnaliser l'ordre de mise au point pour fournir un contexte significatif

L' ordre de mise au point est important pour les apprenants ayant des lecteurs d'écran. Assurez-vous de personnaliser l'ordre de mise au point de chaque diapositive d'une manière qui soit la plus sensée.

Par exemple, vous souhaitez que les apprenants entendent le texte d'instruction avant de saisir un champ de saisie de données. Sinon, ils seront tout simplement confus quand ils atterrissent sur le champ de saisie des données, ne sachant pas ce qu'on attend d'eux.

En savoir plus sur la façon dont l'ordre de mise au point affecte les utilisateurs du lecteur d'écran et ceux du clavier uniquement.

Utiliser des tableaux pour structurer le texte des lecteurs d'écran

Les tableaux sont précieux pour l'accessibilité, ils communiquent aux lecteurs d'écran comment le contenu est organisé et fournissent un contexte aux apprenants. Consultez ce guide de l'utilisateur pour tout savoir sur l'utilisation des tables dans Storyline.

Assurez-vous d'ajouter du texte alternatif et un ordre de mise au point significatif aux tableaux et aux cellules.

Identifier la langue du cours pour les lecteurs d'écran

Celui-ci est super facile. Indiquez aux lecteurs d'écran quelle langue utilise votre module. Sélectionnez simplement une langue dans les propriétés de votre lecteur.

  1. Accédez à l'onglet Accueil du ruban Storyline et cliquez sur Lecteur .
  2. Lorsque la fenêtre des propriétés du lecteur s'ouvre, cliquez sur Étiquettes de texte dans le ruban.
  3. Sélectionnez une langue dans la liste déroulante Langue .
  4. Cliquez sur OK.

Personnaliser les étiquettes de texte

Les lecteurs d'écran utilisent les étiquettes de texte pour décrire les éléments du lecteur et donner des instructions aux apprenants. Parfois, vous pouvez modifier les étiquettes de texte par défaut. Consultez ce guide de l'utilisateur pour en savoir plus sur l'utilisation des étiquettes de texte.

Autoriser les apprenants à ignorer les éléments de navigation du lecteur répétitif

Cette fonctionnalité est activée par défaut dans Storyline 360 de sorte que vous n'avez pas à faire quoi que ce soit pour le faire fonctionner.

Lorsque les apprenants dont l'onglet des lecteurs d'écran dépasse le dernier objet d'une diapositive, ils ont la possibilité de revenir en haut de la diapositive. Ils peuvent appuyer sur la barre d'espace ou sur la touche Entrée pour activer le raccourci de navigation Ignorer et revenir en haut de la diapositive. Ou, ils peuvent appuyer sur la touche Tab pour passer aux contrôles du lecteur. Détails ici.

Nous ne recommandons pas de désactiver le raccourci de navigation Ignorer, mais vous pouvez le désactiver si vous le souhaitez.

Augmenter la taille de police du lecteur

En tant qu'conception du module, vous avez un contrôle complet sur la taille du texte de la diapositive, mais qu'en est-il des éléments du lecteur, tels que les boutons, les onglets latéraux et les messages contextuels ? Vous pouvez augmenter la taille de la police jusqu'à 200 % dans les paramètres de votre lecteur.

  1. Accédez à l'onglet Accueil du ruban Storyline et cliquez sur Lecteur .
  2. Lorsque la fenêtre des propriétés du lecteur s'ouvre, cliquez sur Couleurs et effets dans le ruban.
  3. Entrez un pourcentage dans le champ Taille de police du Lecteur .
  4. Cliquez sur OK.

Fournir des alternatives textuelles pour les animations

Si vous utilisez des animations pour fournir un contexte important, offrez des alternatives textuelles aux apprenants malvoyants.

Par exemple, ajoutez un lien facultatif à une diapositive animée qui ouvre un calque statique à base de texte contenant les mêmes informations pour les apprenants utilisant des lecteurs d'écran.

Ne comptez pas uniquement sur les états Survol ants pour afficher des informations importantes

Bien que les états de vol stationnaire (c'est-à-dire les effets de survol nécessitant une souris) soient parfaits pour transmettre l'interactivité, ne comptez pas sur eux pour afficher des informations importantes, puisque les apprenants malvoyants dépendent de la navigation au clavier. Si vous utilisez les états de vol stationnaire pour afficher du texte ou des images, envisagez d'offrir une alternative aux apprenants ayant une déficience visuelle.

Par exemple, vous ne souhaitez pas afficher le texte des retour dans un état survol sans fournir un autre moyen d'accéder aux informations, par exemple un raccourci clavier qui lit une version audio des commentaires.

Fournir des alternatives pour les interactions par glisser-déposer

Les interactions par glisser-déposer nécessitent une souris pour la navigation, ce qui les rend difficiles ou impossibles à utiliser pour les apprenants ayant une vision limitée. Si vous les ajoutez à votre module, offrez des alternatives basées sur le texte ou sur le clavier. Par exemple, vous pouvez utiliser un autre type d'activité interactive accessible au clavier, comme une question correspondante ou une activité interactive de curseur. Vous pouvez également donner aux apprenants une description textuelle détaillée des informations dont ils ont besoin lors de l'activité interactive.

Ne pas lire automatiquement les vidéos

Ne laissez pas les vidéos commencer à être lues automatiquement. Les apprenants ayant une déficience visuelle ont besoin d'un contrôle total de la lecture vidéo.

Vous contrôlez la lecture d'une vidéo en ajustant ses propriétés. Pour en savoir plus, consultez ce guide de l'utilisateur.

Et si une vidéo est une démonstration ou un processus, envisagez de donner aux apprenants ayant une déficience visuelle un lien vers un document détaillé décrivant le contenu vidéo.

Utiliser du texte avec un rapport de contraste de 4, 5:1

Certains apprenants ont une vision faible plutôt qu'une cécité totale. Pour rendre votre module accessible aux apprenants à faible vision, utilisez du texte à l'écran avec un rapport de contraste de 4, 5:1 ou plus.

Voici un vérificateur de contraste utile pour déterminer votre taux de contraste.

Si vous superposez du texte sur une image d'arrière-plan, réduisez la luminosité et/ou le contraste de l'image pour faciliter la lecture du texte. Ou bien, placez une forme semi-transparente entre l'image et le texte pour augmenter le rapport de contraste.

Ne comptez pas sur la couleur seule pour transmettre un sens

Si vous utilisez la couleur pour fournir un contexte ou une signification importants, veillez à proposer des équivalents de texte, d'audio ou d'image aux apprenants souffrant de cécité des couleurs.

Par exemple, si vous utilisez le vert pour indiquer une réponse correcte et le rouge pour indiquer une réponse incorrecte, incluez le texte audio ou à l'écran pour transmettre les mêmes informations aux apprenants qui ne peuvent pas faire la distinction entre le vert et le rouge.

De même, ne comptez pas uniquement sur la couleur pour identifier les liens hypertexte. Par exemple, soulignez le texte lorsqu'il contient un lien et fournissez des instructions pour les images comportant des liens afin que les apprenants sachent qu'ils sont interactifs.

Color Oracle est « un simulateur de cécité des couleurs gratuit pour Windows, Mac et Linux. Il évite les conjectures de la conception de la cécité des couleurs en vous montrant en temps réel ce que les personnes ayant des troubles communs de la vision des couleurs verront. »

Offrir une alternative audio pour le texte à l'écran

Certains apprenants peuvent être en mesure de voir votre module, mais préfèrent écouter plutôt que lire. Ils peuvent avoir des troubles d'apprentissage, comme la dyslexie, ou ils peuvent ne pas être des lecteurs forts. Ou peut-être votre langue de module est une langue seconde pour eux.

Envisagez d'offrir une version audio de diapositives textuelles à ces apprenants. Par exemple, vous pouvez lire la narration facultative lorsque les apprenants cliquent sur une icône de haut-parleur ou appuyez sur un raccourci clavier. h/t Jane Bozarth

Et si l'enregistrement de la narration semble un peu accablant, laissez Storyline convertir rapidement votre texte en discours ! Vous pouvez même choisir la voix et la langue pour vous assurer que chaque mot sonne correctement. Consultez ce guide de l'utilisateur et la démo vidéo.

Ne pas utiliser les tests chronométrés

Donnez aux apprenants le temps dont ils ont besoin pour utiliser les solutions de rechange accessibles que vous leur avez ajoutées. Dans la mesure du possible, évitez d'utiliser des minuteurs de quiz.

Obtenez de l'aide quand vous en avez besoin

Tu veux aller plus loin ? Consultez notre modèle d'accessibilité volontaire des produits Storyline 360(VPAT®) et notre e-book gratuit sur la conception d'un e-learning accessible.

Consultez également le site http://webaim.org pour obtenir des solutions complètes d'accessibilité Web, y compris la formation, les outils et le support technique de la communauté.

Et quand vous avez besoin d'aide, posez simplement une question à E-Learning Heroes, la communauté e-learning la plus importante et la plus engagée au monde. Il y a plus de 600 000 membres désireux d'aider. Il y a des chances que quelqu'un ait déjà réussi à résoudre un problème que vous rencontrez et qu'il aura de la sagesse à partager.